Vente Ader-Nordmann-Dominique 28-10-2020

28 octobre 2020 à 14H00

Hôtel Drouot, Paris, mercredi 28 octobre 2020, 14h00

Vente Arts décoratifs du XVIe au XIXe siècle, et miniatures notamment Fillette au chapeau de paille rempli de fleurs par Giambattista GIGOLA (Brescia, Italie, 1767 – Tremezzo, Côme, 1841), beau portrait de Bacchante, portrait par Joseph TASSY, rare miniature à transformations du XVIIe siècle: portrait présumé de Charles Ier, roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande de 1625 à son exécution en 1649, etc.

n° 133 Miniature " à transformations ", école anglo-néerlandaise du XVIIe siècle

Portrait présumé de Charles Ier roi d'Angleterre (1600 - 1649), en buste vers la gauche, large col de dentelle blanche, costume ocre jaune, ruban rouge. Très rare exemplaire, gouache et or probablement sur vélin, avec quatre micas peints à la gouache, dans un boîtier octogonal en écaille. Taille : 5,5 x 4,5 cm Les miniatures " à transformations " , assorties de mica peints permettant de travestir les portraits, furent à la mode dans les Cours européennes du XVIIe au XVIIIe siècles. Les quelques exemplaires conservés dans des musées sont généralement de la seconde moitié du XVIIe siècle, d'un format ovale assez standard et peints à l'huile sur cuivre. Celle-ci, plus petite, diffère de forme, de support et de boîtier : elle est octogonale, probablement peinte sur vélin et la miniature figure sous cristal de roche sur le couvercle (et non à l'intérieur) d'un médaillon boîtier qui renferme discrètement les micas. Ce dernier est en écaille tandis que la plupart des exemplaires connus sont en carton bouilli gainé de cuir et de tissu. Nous sommes en présence de l'un des premiers exemplaires de ce divertissement dont les débuts, très marqués politiquement, coïncident avec le règne de Charles Ier, roi d'Angleterre, d'Ecosse et d'Irlande de 1625 à son exécution en 1649. Bien que l'on manque d'études sur la diffusion et l'usage de ces miniatures, leur invention laisse deviner l'intention de nuire politiquement au monarque que l'on pouvait déguiser et ainsi moquer discrètement et impunément. Parmi les quatre micas peints, celui en costume rouge permet de le transformer en pape. D'autres exemplaires présentaient son épouse Henriette Marie de France , plus ou moins reconnaissable ou caricaturée (un dans les collections royales britanniques). Par la suite, différentes princesses furent représentées, déguisées selon diverses modes amusantes et le jeu perdit semble-t-il le caractère politique de ses débuts.

Vente Ader-Nordmann-Dominique 28-10-2020

  • Retour aux actualités
Gérer les cookies