Galerie

Achat | Vente

Artistes

Commande  

(vide)

Informations

Quelques résultats de vente aux enchères

 

Ader-Nordmann, 14 avril 2017, hôtel Drouot

Ensemble de miniatures des XVIIIe-XIXe siècles, dont n° 86 par Gennaro BOLTRI est. 300-500, adjugé 900 € n° 77 portrait d'homme par JU Guérin, adjugé 2500 €.

 

Maître Pascal BLOUET, 24 juillet 2016, Hôtel des ventes à MAYENNE

Ensemble de miniatures des XVIIIe-XIXe et XXe siècles, dont cette rare boîte en pierre marbrée ornée de deux miniatures (une à l’intérieur du couvercle) :

- L ’éruption du Vésuve en 1822de jour et de nuit, deux miniatures napolitaines datées « 1822 », diam. 5,5 et 6,5 cm, support indéterminé, sur le couvercle et à l’intérieur d’une boîte ronde en marbre gris montée en métal, diam. 7,2 cm, souvenir du Grand Tour, XIXe siècle (petits manques à la base de la boîte).

Est : 400-600 €. Adjugé 1550 € (hors frais).

 

 

Ader-Nordmann, 24 juin 2016, hôtel Drouot, n° 67:

Entourage de Jean PETITOT le vieux (Genève, 1607 – Vevey, 1691) et de Louis de CHATILLON (Sainte Menehould, 1639 – Paris, 1734).

Louis XIV en armure

Portrait en émail sur or ovale, de la fin du XVIIe siècle ; entouré d’un décor en émail polylobé et polychrome, probablement d’un atelier d’Augsbourg, seconde moitié du XVIIe siècle.

Le portrait seul, ovale 3 x 2,8 cm ; diamètre totale : 4,6 cm.

Contre-émail bleu-gris pour le portrait ; blanc-vert-gris pour l’entourage polylobé. Monture postérieure.

Provenance : ancienne coll. Alain Bouny

(restaurations ; très petit éclat en haut à droite au bord du portrait).

Jean Petitot le vieux eut 18 enfants, certains morts jeunes, d’autres qui lui succédèrent, notamment Jean Petitot le jeune (1653-1712). On ignore à ce stade comment fonctionnèrent l’atelier Petitot après la révocation de l’Edit de Nantes, et l’atelier de Châtillon qui produisit de nombreux portraits du roi en émail. Ce beau buste de Louis XIV (1638-1715) renouvelle l’iconographie exploitée par les Petitot : vu en buste en armure classique avec cordon bleu du Saint-Esprit, il porte en plus une cape rouge et fut probablement réalisé d’après un tableau de Pierre Mignard exécuté aux alentours de 1694.

Nous remercions Dr Hans Boeckh pour son aide à la rédaction de cette notice.

Est. 1500-1800 €. Vendu 2625 € frais compris.

 

Ader-Nordmann, 22 octobre 2015, hôtel Drouot

Record mondial pour une miniature de Joseph BOZE (Martigues, Bouches-du-Rhône, 1745-Paris, 1826)

n ° 233. Portrait d'officier, probablement Victor-Léopold Berthier (Versailles, 1770-Paris, 1807), frère cadet du Maréchal. Miniature ronde sur ivoire de la fin du XVIIIe siècle, signée à droite: Boze. Diamètre : 5,5 cm. Cadre en laiton doré, XIXe, diamètre : 7,3 cm.

Provenance : Collection de la famille de la Tour d'Auvergne Lauraguais.

Est. 1200 - 1800 €, vendue 11.250 € frais compris.

 

 

Artcurial, 18 février 2015, hôtel Drouot,

n° 142 Belle Allégorie de l’Automne en grisaille sur ivoire par JJ de GAULT , diam. 7,5 cm, dans un médaillon en bronze et laiton doré, illustrée ci-dessous, est. 2-3000 €, vendue 3539 € frais compris

 

Coutau-Begarie, 27 novembre 2014, hôtel Drouot, salles 5 et 6

Miniatures lots 147 à 157. Prix adjugé, hors frais.

 

 
   

157. Attribuée à François Elie VINCENT  (Genève, 1708 - Paris, 1790)

Jeune femme à l’ombrelle, un panier de fleurs au bras, en robe bleue à tablier de dentelle, dans un parc, peut-être l’infante Isabelle de Bourbon-Parme (Madrid, 1741- Vienne, 1763), petite fille de Louis XV.
Ovale sur carton, XVIIIe siècle, 8,1 x 6,3 cm
Au revers, manuscrit sur le carton du montage :  Vincent fecit
Cadre ovale en bonze doré, à décor d’un rang perlé, avec bélière, 9,2 x 11,1 cm
La facture de cette belle miniature évoque immédiatement celle de Jean-Daniel Welper (Strasbourg, 1730 - Paris, 1789) (voir un portrait à mi-corps, très proche, dans la coll. Tansey en Allemagne ; Pappe, Schmieglitz-Otten, Miniaturen des Rokoko aus der Sammlung Tansey, Hirmer, 2008, repr. en couverture). La signature « Vincent fecit », découverte au revers du montage (voir photo additionnelle), nous incite cependant à l’attribuer à François-Elie Vincent. Installé à Paris dans les années 1740, père du peintre académicien François-André Vincent, il fut fournisseur des Menus Plaisirs dès 1749 en portraits de Louis XV, du Dauphin, de Madame Sophie, etc. payés au tarif de 240 livres ; selon L’Almanach historique de 1777, il peignit en miniature toute la famille royale mais aucune oeuvre signée de lui n'avait été découverte jusqu'ici. Notre miniature est donc fort remarquable tant par le charme du sujet, la qualité de l'exécution et la grande rareté de cette signature.
Ce portrait s’inspire des tableaux de Jean-Marc Nattier (Paris, 1685-1766) sans reprendre une œuvre intégralement.
Est. : 2000 – 3000 €. Adjugée 2800 €

 

ADER. Vente 27 mars 2013. Drouot Salle 1.

Miniatures lots 76 à 80. Prix adjugé, hors frais.

76. Peter Adolph HALL (1739-1793) [+ photo jointe]

Mme Helflinger, née O'Dunne, à mi-corps sur fond de parc.

Miniature sur ivoire
Diam. à vue : 6,3 cm
Cadre en or de trois couleurs ciselé à décor de fleurettes, 8,7 x 7,4 cm
Au revers étiquettes de collections : 20 ; 94 ; et mention manuscrite : Son/ mari/ambassad../ en Portug[…]/ Css. Helflinger/née O.Dune/morte a 95 ans.
Historique : vente Beurdeley, 13-15 mars 1905, n° 320 repr. « comtesse Helfinger née O'Dune ( sic), miniature ronde, une des plus belles du maître… », 28200 frs. Collection d'Ernest Cognacq et Marie-Louise Jaÿ en 1906 ; la ville de Paris hérite en 1928 des collections Cognacq-Jay à l'exception des œuvres d'art laissées au choix de leur neveu Gabriel Cognacq qui conserve cette miniature ; vente Gabriel Cognacq 11-13 juin 1952, n° 174, pl. XXXI ; vente Paris, Ader-Picard-Tajan, Drouot, 12 décembre 1980, n° 121 ; coll. privée.

Expositions :
Paris, BnF, 1906, n° 208.
Paris, Samaritaine de luxe , 1926.
Bibliographie :

P. André Lemoine, « Exposition des œuvres d'art du XVIIIe siècle à la Bibliothèque nationale. Miniatures », Les Arts, 1906, p. 16, n° 55 repr.
Theodor von Frimmel, Blätter für Gemaldekunde, 1906, II, p. 48, n° 320.
Henri Bouchot, 1907, p. 46. Léo Schidlof, La miniature en Europe, 1964, I, p. 339.

Les Arts, 1912, « nous arrivons enfin aux deux meilleures œuvres de Hall exposées à Bruxelles (mais qui ne valaient peut-être pas l'Homme au gilet rayé de la collection Kann ou la comtesse Helfinger , de la collection Cognacq) ».

Régine de Plinval de Guillebon, Pierre Adolphe Hall (1739-1793) miniaturiste suédois, peintre du Roi et des Enfants de France, 2000, p. 120, n° 113.

Nathalie Lemoine-Bouchard , Catalogue des collections, Musée Cognacq-Jay, Les miniatures, 2002, p. 13 repr. (photo de l'exposition de 1926).

N. Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature…, 2008, p. 280, repr.

Cette miniature fut l'une des premières acquises par Ernest Cognacq lorsqu'il constitua sa collection aujourd'hui conservée pour l'essentiel au musée Cognacq-Jay à Paris. Elle avait atteint un prix record de 28200 francs à la vente Beurdeley, une des plus grosses enchères pour une miniature selon le commentateur de la grande exposition de 1906 où elle figura.

Répertoriée depuis 1905 sous le titre de Comtesse Helfinger née O'Dun , ce portrait représente Marianne O'Dunne, fille de Jacques-Bernard O'Dunne (Kilkenny, Irlande, 1714- Paris, 1794), ambassadeur de France en 1780-1785 à Lisbonne où il vivait grand train. Il obtint du roi Louis XVI la somme de 220.000 livres tant pour son retour en France en 1785 que pour servir à la libération de ses dettes. La jeune femme épousa le Lorrain Jean-Frédéric Helflinger (Helfflinger) (Saint-Avold, vers 1749-1815) qui fut secrétaire d'ambassade en Allemagne puis chargé d'affaires au Portugal en 1780-1787. Nommé par le Roi résident de France en Valais il y resta pendant la Révolution (1788-1797), puis fut chargé d'affaires à Dresde (1798-1800), et ministre de France en Hesse-Darmstadt (1801-1812).

Le portrait date des environs de 1785 et la montre sur fond de parc, dans des nuances subtiles de blancs, roses et gris, un œillet teinté de rouge à son corsage rose pâle, des rubans verts aux manches et dans sa chevelure ornée d'une voilette et de fleurs.

Est.: 5.000-7.000 €; adj. 19.500 €

77. Jean François van DAEL (Anvers, 1764 - Paris, 1840).

Bouquet de fleurs printanières (rare tulipe à veines bleues, delphinium, primevères, pavot, roses, liserons…) dans une corbeille sur un entablement de marbre

Miniature probablement sur ivoire,
Signée en bas : Vandael
Ovale, à vue : 3,7 X 3 cm
Cadre à réverbère en or émaillé de blanc (petits manques à l'émail)
5,5 x 5 cm
Provenance : vente Paris, Ader-Picard-Tajan, Drouot, 12 décembre 1980, n° 122 repr. ; coll. privée.
Est. : 2.000 € –3.000 €; adjugé: 2400 €

78. Pierre Etienne LE GAY dit LE GAY de BRIE (Meaux, vers 1758 - ?, après 1815)

Homme en élégante veste moirée vert anis gansée de bleu et gilet bleu à revers brodés

Miniature sur ivoire, fin du XVIIIe siècle
Signée et datée en bas à gauche : Le Gay / [17] 89
Diam. 6,3 cm
Cadre en métal doré du XIXe siècle surmonté d'un nœud enrubanné, H. 8,7 cm.
Elève de Doyen et d'Augustin, Le Gay est représenté au Musée des Arts décoratifs de Paris, au M.B.A. de Caen, au musée de la miniature, Montélimar, au Nationalmuseum, Stockholm, etc.
Est. 600-800 €; adjugé : 750 €

79. DABOS (XXe siècle)

Napoléon en buste en uniforme de colonel des grenadiers de la Garde, inspiré du tableau Napoléon dans son bureau de Paul Delaroche.
Miniature sur ivoire
Diam. 4,1 cm, cadre en bois 10,1 x 10,1 cm.
Est. : 150-200 € ; adjugé: 150 €

 

ARTCURIAL. Vente 1er Février 2012. DROUOT. SALLE 7.

Miniatures lots 116 à 125. Prix adjugé, hors frais.

116. Ecole française du XIX siècle

Bouquet de fleurs, couple de colombes et pêches sur un entablement

Miniature sur nacre, sur une boîte ronde en loupe à l'intérieur doublé d'écaille
(accidents)
Diam. : 5,1 cm ; boîte : diam. 7 cm
Est. : 300 – 400 € ; adjugé 300 €

117. Ecole française vers 1825

Jeune Homme à la houppe et à la boucle d'oreille, dans un ovale simulé

Miniature à la gouache vernie sur carton. Au revers, esquisse du même homme, cette fois moustachu à l'aquarelle gouachée sur esquisse au crayon
11 x 8,60 cm
Dimensions du cadre : 20 x 17,50 cm
Cadre en bois doré, travail du XIXe siècle
Est. : 100-150 € ; adjugé 120 €

118. Ecole française du XVIIIe siècle

Jeune femme à la robe bleue, les seins découverts

Miniature ovale sur ivoire
trace de signature à droite
4,50 x 3,50 cm
Encadrement en ivoire.
Est. : 100-150 € ; adjugé 450 €

119. Peter Mayr (Fribourg en Brisgau, 1758 – Munich, 1836)

Femme à la coiffe brodée d'or, large guimpe blanche, une miniature d'homme au cou

Miniature ronde sur ivoire
signée et datée 'P May r . Augsburg. 1802' à droite
Diamètre : 6 cm
Cadre fin XIXe siècle, bois et métal doré, surmonté d'un nœud enrubanné
Est. : 200-300 € ; adjugé 350 €

120. Ecole française du XIXe siècle

Gentilhomme en costume Régence, longue perruque et manteau brun rayé

Miniature sur carton de forme ovale, cadre ovale en métal doré surmonté d'un nœud rubané
H. 7,7 cm L. 6,3 cm ; cadre H. 12 cm, L. 8,5 cm
Porte un ancien numéro de collection : 2019
Est. : 200-300 € ; adjugé 375 €

121. Amélie de Lacépède, née comtesse Kautz

(?), 1796 – Paris, 1860

Jeune femme en robe vert pâle à col de dentelle, manches gigot, chignon-tresse, vers 1835

Miniature ovale sur vélin
signée 'Amélie Kautz' à droite
Sans verre, ni cadre
14 x 10,50 cm
Est. :150-200€ ; adjugé 270 €

122. Ecole française, de la fin du XIXe-début du XXe siècle

Napoléon, duc de Reichstadt, roi de Rome, en uniforme autrichien (1811-1832)

Miniature ovale sur ivoire
H. 3,6 cm, L. 2,7 cm
Pendentif en métal doré à décor rocaille, 4,7 x 3,9 cm
D'après le portrait de Moritz Michael Daffinger (Bibliothèque impériale, Vienne), avec variantes dans l'uniforme (ici distinctives rouges et décorations dorées).
Est. 100-150 € ; adjugé 80 €

123. Gallian (actif en 1815-1820)

Jeune homme au manteau bleu

Miniature ronde sur ivoire
signé 'Gallian' à droite
Diamètre : 6 cm. fêles
Le musée des arts décoratifs de Bordeaux conserve une miniature de Gallian, peut-être identique au peintre graveur J-B.-Augustin Gallian (Montauban, 1783 - Bayonne, 1844).
Est. : 200-300 € ; adjugé 370 €

124. Pierre-Edouard Dagoty (Florence, 1775 - Bordeaux, 1871)

Jeune femme au peigne de corail, à mi-corps de face, en robe blanche à taille haute et boucle de ceinture assortie au peigne, vers 1815

Miniature ronde sur ivoire
signée 'Dagoty' à droite
Diamètre : 6,50 cm
Cadre en bois à visière de laiton doré. 
Est. : 400 € - 600 €  ; adjugé 1800 €

125. Amélie BIRAT (1812-après 1867)

Petite fille blonde en robe de dentelle sur fond de ciel

Miniature ovale sur ivoire, dans son étui de présentation grenat
H. 5 cm L. 4 cm ; étui H. 9 cm, L. 7,3 cm
Signée et datée à droite : Amélie Birat 1850
Oxydations
Mme Birat, médaillée en 1847, exposa au Salon de 1841 à 1867 ; ses œuvres sont rares.
Est. : 150-200 € ; adjugé 400 €



ARTCURIAL. Vente 13 MAI 2011. DROUOT. SALLE 5.

Miniatures lots 89 à 104. Prix adjugé hors frais (+ 23,92%)

89. Ecole française fin XVIIIe siècle

Homme en perruque et veste rouge vers 1780

Miniature sur ivoire ovale
H. 3,2 cm, L. 2,8 cm
Sur une boîte en carton gaufré et laqué, monture en métal doré, intérieur en fine marqueterie de paille ;
diam. : 6,2 cm
Est. : 300-400 € ; adjugé 450 €

90. Ecole du XIXe siècle

Général deux étoiles sur un champ de bataille

Miniature sur ivoire, porte une signature et une date « P. Cior/ an 3e »
Sur le couvercle d’une boîte en écaille, diam. 7 cm
Est. : 400-600 ; adjugé 400 €

91. Ecole anglaise, XIXe siècle

Femme en manteau à col de vison et manchon de fourrure

Miniature ovale sur ivoire, cerclée de métal
Signée à droite :  S. Cooper
H. 6,1 cm, L. 5,2 cm
Est. : 100-150 € ; adjugé 100 €

93. Ecole française, XIXe siècle

Vénus caressant l’Amour

Miniature sur ivoire
Diam. : 9,4 cm ; Cadre en métal doré d’après le tableau d’Andrea Appiani commandé par Giovanni Battista Sommariva présenté au Salon de Paris de 1808 (localisation actuelle inconnue)
Est. : 500-700 € ; adjugé 500 €

94. Ecole française vers 1850

Jeune femme blonde en chemise et manteau de fourrure

Miniature sur ivoire rectangulaire
H. 5,8 cm, L. 4,7 cm
Cadre en velours
Est. 400-600 € ; adjugé 400 €

95. Jacques-Victor Bouis (né à Marseille en 1893)

Napoléon à Wagram d’après le baron Gérard
Miniature sur ivoire ou ivoirine signée « J.V.Bouis » en bas à droite
Provenance : probablement coll. du comte Giuseppe Primoli, Rome (selon une indication de l’artiste au verso).
Est. 800-1200 € ; adjugé 750 €

99. Cécile Delphine GAUDEZ-CHENEVIERE (Saint Etienne, 1851 – après 1885)

Les Deux sœurs

Peinture sur porcelaine ovale
H. 11,5 cm, L. 8,9 cm
Signée et datée à droite : D. Gaudez 1873
Reprise avec variantes (ajout de la table et du bouquet de fleurs) de deux personnages du tableau Le contrat de mariage de J.-B. Greuze(Louvre).
Delphine Gaudez fut élève de Carolus Duran, Henner et Camino et exposa au Salon à partir de 1869.
Est. : 200 – 250 € ; adjugé 480 €

101. F. SCHMITZ, début du XX siècle

Jeune femme en robe à l’antique, l’épaule nue

Miniature à la gouache sur transfert photographique, sur ivoire ou ivoirine
Signée à droite :  F. Schmitz
Diam. : 6,5 cm
Intéressant procédé dérivant de celui de Barthélemy Sigé de 1873 tombé dans le domaine public en 1898.
Est. : 80 – 120 € ; adjugé 80 €

102. Joseph-Napoléon FRANCO (Paris, 1811 – après 1859)

Bouquet de fleurs des champs (roses trémières, liserons, etc.)

Miniature sur ivoire ovale
H. 5 cm, L. 3,7 cm
Signée en bas à droite :  nap. Franco
Sur un carnet de 1852 en écaille mouchetée, calendrier orné de 4 vignettes imprimées par Mac-Henry, Paris. H. 9,2 cm, L. 6,5 cm
Est. : 800 – 1200 € ; adjugé 800 €

VENTE ARTCURIAL, DROUOT, 29.10.2010

Tableaux, dessins anciens et du 19e siècle, sculptures du 19e siècle, miniatures

Lots 177-200
Résultats frais acheteur compris.

Lot n° 178
Ecole française de la fin du XVIIIe siècle ou début XIXe siècle

Jeune femme assise à une table en train d'écrire
Miniature sur ivoire de forme ronde ; revers en carte à jouer ; cerclage en laiton
Diamètre : 6,4 cm
(Petites lacunes. Restaurations.)
Est. 400/600 ; vendu 500 €

Lot n° 179
Ecole française du XIXe siècle

Allégorie de l’Automne : couple de vendangeurs
Probablement d’après Fragonard
Miniature sur carton
Diam. : 7 cm
Cadre en bois doré, diam. 8,5 cm
Provenance : collection Veil-Picard
Petits décollements
Est. : 150/200 € ; vendu 250 €

Lot n° 180
Ecole française fin XIXe - début XXe siècle, D’après carle van Loo,

Portrait de la marquise de Pompadour
Fine miniature sur ivoire
Bordure en laiton doré et guilloché
9,9 x 7,6 cm
d’après le portrait de la Marquise de Piompadour par Carle van Loo conservé au musée de château de Versailles
Est. : 300 /400 € ; vendu 870 €

Lot n° 181
Ecole française du début du XXe siècle

Jeune femme au chapeau de paille accoudée
Miniature sur ivoire de forme ronde
signé ' Peary' à gauche
Diamètre : 8 cm
Additif au catalogue : portrait de Mme Elisabeth d’après Mme Vigée-Lebrun
Est. 150/250 € ; vendu 260 €

Lot n° 182
Ecole française du XIXe siècle Dans le goût du XVIIIe siècle

Jeune femme en robe verte, des plumes d'autruche et une rose dans sa coiffure bouffante
Miniature sur ivoire de forme ronde
Diamètre : 6 cm
Cadre chevalet en métal doré de style Louis XVI
Est. 250/350 € ; vendu 290 €

Lot n° 183
Ecole anglaise du XIXe siècle

Portrait de la tragédienne anglaise Sarah Siddons (1755-1831), d’après Francesco Bartolozzi
Miniature sur ivoire de forme ovale
Cadre en laiton surmonté d'un noeud
6,50 x 5 cm
Est.: 300/500€ ; vendu 350 €

Lot n° 184
BOUCHARDY (né à Lyon, actif de 1808 à 1840)

Officier de profil à gauche, portant une décoration
Physionotrace sur papier, annoté au dos et gravé sous le trait « Dessiné et gravé par Bouchardy succr de Chretien invr du physionotrace Palais royal n° 82 à Paris »
diam. 6,7 cm ; cadre rond en bois noirci (fente).
Est. : 70 / 90 € ; vendu 220 €

Lot n° 186
Ecole française du début du XIXe siècle

Pêcheurs sur un lac près d’un belvédère
Travail en cheveux et gouache sur ivoire (légers fêles)
diam. 6,5 cm ; cadre rond en bois noirci (petites fentes).
Est. : 100 /120 € ; vendu 190 €

Lot n° 187
Ecole française, premier tiers du XIXe siècle

Pêcheurs et paysans dans un paysage traversé par une rivière
Fixé sous verre
Diam. 6,6 cm
Provenance : collection Veil-Picard
Est. : 150- 200 € ; vendu 500 €

Lot n° 190
Ecole française du XIXe siècle

Portrait d'homme en costume taupe et gilet jaune paille brodé de fleurs, vers 1820
Miniature sur ivoire de forme ovale
Cadre en métal doré à bélière
8,20 x 6,80 cm (3,20 x 2,65 in.)
Est. 600/800 € ; vendu 680 €

Lot n° 194
Ecole continentale, Italie ou Suisse, vers 1890

Fixé sous verre représentant un château fort dans la montagne, des soldats sur un pont, sur la couverture d’un petit carnet en velours et métal doré
Ovale, H. 4,6 cm, L. 3,1 cm
(Décollements, usures)
Est. : 30/ 50 € ; vendu 200 €

Lot n° 195
Barreau (actif en 1821)

Portrait de Monsieur Viollet et de son fils
Miniature sur ivoire de forme ronde
signé et daté à l'or 'Barreau fecit. 1821.' à droite
Au dos manuscrit identifiant le modèle 'Viollet j?? / agé de 43 ans / et Son fils agé de / 7 ans fait en août 1821 / Jean Antoine'
Diamètre : 5,60 cm
Est. 500/700 € ; vendu 620 €

Lot n° 197
Ecole française du début du XXe siècle

Portrait de famille dans l'atelier de l'artiste
Miniature sur de forme ronde
signée 'Fayot' en bas
Diamètre : 7,30 cm
Est. 200/ 400 € ; vendu 430 €

Lot n° 199
Ecole française vers 1800

Portrait présumé de Monsieur Moraux
Miniature sur ivoire de forme ovale, porte une inscription : « Mr Moraux/habit bleu :noir.. ; » au revers
6 x 4 cm, dans un cadre de bois noirci. On y joint deux miniatures représentant un portrait de femme au bonnet vers 1830 et une jeune femme en robe bleue vers 1780.
Est. 200/300 € ; vendu 450 €

Lot n° 200
Ecole française de la fin du XIXe siècle

Jeune femme coiffée d'un bonnet de dentelle à rubans à carreau vichy bleu et robe prune
Miniature sur de forme ovale
Bordure en métal doré, dans son écrin de cuir bordeaux
8,10 x 6,50 cm
Est.s 200/300 € ; vendu 250 €

 

VENTE ARTCURIAL, HOTEL DASSAULT, 7 Rond-Point des Champs-Elysées, Paris 21 JUIN 2010 à 19H00

Tableaux, dessins anciens et du 19e siècle, sculptures du 19e siècle, miniatures lots 48-59

Lot n° 48
Jean-Baptiste-Jacques AUGUSTIN
Saint Dié, 1759-Paris, 1832

Trois études pour la grande miniature de Frédéric Duvernoy
Deux au crayon, encre, rehaut de blanc sur papier brun filigrané ; la première, Etude de cheveux pour Duvernoy, signée et datée en bas à gauche : augustin 1817 ; la deuxième,annotée : côté à satiner  à la plume en haut
H. 9,6 cm, L. 8,3 cm (3,8 x 3,3 in.)
H. 9,2 cm, L. 9,1 cm (3,6 x 3,6 in.)
La troisième au crayon sur papier apprêté ivoire marouflé sur carton.
H. 21,2 cm, L. 15,8 cm (8,3 x 6,2 in.)
Sans cadres

Provenance :
Ancienne collection Simone de Landes d’Aussac, baronne de Saint-Palais, née de la Fontaine de Coincy, arrière petite nièce de Pauline Augustin, l’épouse de l’artiste ; vente héritiers d’Augustin, Christie’s Genève, 10 novembre 1987, n° 247 « trois études pour la miniature du corniste Frédéric Duvernoy ».
Bibliographie :
Bernd Pappe, Jean-Baptiste-Jacques Augustin peintre en miniature, 2010, p. 23 et p. 27, note 131.

Première pensée pour l’important portrait de Frédéric Duvernoy, l’esquisse la plus grande montre l’essentiel de la position du sujet déjà en place et quelques repentirs : l’embout du cor a été abaissé à deux reprises ; dans la version définitive, les décorations sont placées plus haut sur le revers de la veste dont le col ainsi que la manche ont été modifiés, les tuyaux du cor naturel sont recentrés et l’artiste est présenté assis sur une chaise.
Les deux études de cheveux, l’une pour Duvernoy, l’autre annotée « côté à satiner » pour un autre portrait d’homme, montrent l’intense préparation de l’artiste et peuvent être comparées à celles pour trois coiffures sur une feuille conservée à l’Ashmolean Museum, Oxford, inv. WA 1938.48 (Bernd Pappe, op. cit., 2010, p. 22, n° 9 repr., catalogue publié à l’occasion de l’exposition Augustin au musée de Saint-Dié des Vosges, 17 avril-20 juin 2010).

Après le Salon de 1817, la miniature (H. 22,4 cm, L. 17,6 cm) fut accrochée au mur dans l’atelier de l’artiste et figura dans sa vente, Paris, 1839, n°104 ; à l’exposition de la Bibliothèque nationale en 1906, n° 21 ; dans la vente Pierpont-Morgan, Christie’s Londres, 1935, n° 731, puis dans la collection Holzscheiter, Meilen (Schidlof, La miniature en Europe, 1964, pl. 26, fig. 48).

Soliste à l’orchestre de l’Opéra jusqu’en 1816, au Concert spirituel et à la Chapelle royale, Frédéric Duvernoy fut un corniste réputé, compositeur et créateur d’une technique, le cor mixte, qui en limitait l’usage à un petit nombre de notes. La miniature le montre avec le cor naturel décoré par Percier, offert à l’artiste par Napoléon.
Est. : 1500-1800 €

Vendu 3060€

 

Lot n° 49

François Louis Lonsing

Bruxelles, 1739 - Léognan, 1799

Philippe comte de Noailles, duc de Mouchy, prince de Poix, maréchal de France (1715-1794)
Miniature à la gouache et aquarelle sur ivoire de forme ovale
Trace de signature à gauche à l'or : […] ing (très peu visible).
Cerclée d'or et montée en broche : 3,5 cm x 3 cm
3,10 x 2,50 cm

Provenance : Ancienne collection Thirgartner dit Duparc (né en 1776) ;
Puis par descendance

Commandeur des ordres du roi, Grand d'Espagne, Philippe de Noailles fut élevé à la dignité de maréchal de France le 24 mai 1775, et succéda à son oncle le duc de Richelieu comme gouverneur en chef de la province de Guyenne de 1775 à 1786. Cette miniature le montre en cuirasse d'apparat frappée de la croix de Malte, portant en commanderie l'ordre de la Toison d'or dont il fut fait chevalier en 1746, et ceint du cordon de l'ordre du Saint-Esprit.

Il paraît ici un peu plus jeune que dans le tableau qu'il commanda en 1785 à F.L. Lonsing pour l'offrir à la ville de Bordeaux (coll. part. ; 'Le port des Lumières, la peinture à Bordeaux 1750-1800', Bordeaux, 1989, p. 145, repr.). Grand admirateur du peintre, le duc de Mouchy écrivit au comte d'Angivillers le 5 septembre 1785 : " J'ay l'honneur de vous recommander le Sr Lonsing, peintre en tableaux d'histoire et supérieurement en portraits…Il n'a de défaut qu'un peu trop de modestie mais il faut espérer qu'il s'en corrigera à Paris et à Versailles ". Lonsing après avoir hésité resta à Bordeaux pendant la Révolution ; le duc de Mouchy fut guillotiné en 1794 avec une partie de sa famille.
L'œuvre de Lonsing est en grande partie perdue. Seules deux autres de ses miniatures sont à ce jour identifiées, dont une conservée au musée des Arts décoratifs de Bordeaux, (inv. 94.2.6). Sur Lonsing, voir l'article très détaillé de B. de Boysson in 'Le port des Lumières…', 1989, p. 133-174.

Nous remercions vivement Messieurs J.B. Vial et N. Jeffares pour leur aide à l'identification du modèle.

Est. :2 000-3 000€

Vendu 4080€

 

Lot n° 50

Ecole française du XIXe siècle

Louis XVII au bonnet tricolore

Miniature à la gouache sur ivoire de forme ovale
Inscription 'Le Prince C**' en bas
Monture en métal guilloché et doré à décor floral.
(Mouillures, écaillures)
7 x 5,8 cm

Louis XVII, le prince Charles Louis de Bourbon, second fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, fut séparé de sa mère au Temple. Le cordonnier Simon l’obligea à porter la veste carmagnole, et l’affubla d’un bonnet phrygien. Les représentations de l’enfant martyr se multiplièrent sous la Restauration. Celle-ci, rare, combine le visage de l’enfant d’après Mme Vigée Le Brun, avec une coiffure républicaine de fantaisie constituée d’un bonnet rouge à coûteuses plumes d’autruche bleues et blanches, sur une chemise blanche à ceinture bleue, couleurs royales ; le chien est là en symbole de fidélité. Louis XVII tient à l’envers sur son cœur une rose coupée, symbolique aussi.
Est. : 600-800€

Vendu 1020€

 

Lot n° 51

Ecole française vers 1770

Henri-Charles-Jacob de Bremond d’Ars en armure

Miniature à la gouache sur ivoire
Monture reliquaire en or et métal, dans un entourage postérieur en métal, pierres du Rhin et breloques
A l’intérieur, manuscrit : « Henri-Charles-Jacob / de Bremond d’Ars, /marquis d’Ars, né /le 21 juillet 1738, mort le 4 juillet 1772 – Aide / de camp du prince de Soubise/ Il était frère de / la mise du Verdelin ».
Diamètre : 2,9 cm (1,1 in.)
Hauteur totale : 11,2 cm (4,4 in.)

Henri-Charles-Jacob de Bremond d’Ars (Cognac, 1738-1772), chevalier, seigneur et marquis d’Ars et autres lieux, épousa, le 25 juin 1764, sa cousine germaine, Marie-Judith-Huberte de Bremond d’Ars.
Est. : 600-800€

Vendu 1020€

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lot n° 55

Isaac Adam

Genève, 1768 - 1841

Jeune homme à mi-corps de trois-quarts à droite, en redingote grise et cheveux poudrés, dans un paysage de ruines antiques
Email sur cuivre, contre-émail bleu
Signé, daté et localisé 'Adam ft / 1801.a / Paris' en bas à droite
Reste d'étiquette de fournisseur parisien au dos
Diamètre : 7,6 cm (3 in.)
Encadrement en laiton doré

Est. :1500-2000 €

Vendu 3060€

 

 

 

 

 

 

 

Lot n° 56
Ecole italienne du début du XIXe siècle,
Ecole de Francesco Emmanuele Scotto

Jeune femme brune à mi-corps, le visage de trois-quarts à gauche, en manteau de soie jaune bordé de plumetis gris, des lorgnettes pliées suspendues à son sautoir en or
Miniature sur ivoire
Sur une broche en cuivre, à bordure dorée et guillochée : 6,8 x 5 cm (2,7 x 2 in.)
6,10 x 4,20 cm
Est :800-1200€

Vendu 956€

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lot n° 59

Pierre Le Gay de Brie Meaux

vers 1758 - après 1815

Homme en costume vert, gilet à pois rouges, cravate blanche avec épingle en or

Miniature ovale sur ivoire
Signée et datée 'Le Gay / 1815' à gauche
6 x 5 cm

Bibliographie : Nathalie Lemoine-Bouchard, 'Les Peintres en miniature', Paris, 2008, reproduit p. 341.

Datée de la fin de l'Empire, c'est la dernière miniature actuellement connue de cet artiste.
Des miniatures de Le Gay de Brie sont conservées au musée des Arts décoratifs de Paris, au musée des beaux-arts de Caen, au musée de la miniature à Montélimar, au Nationalmuseum, Stockholm.
Est. :600-800€

Vendu 1275€

 

 

 

 

VENTE ARTCURIAL, DROUOT, 31.05.2010

Résultats frais acheteur compris.

Lot n° 125
Ecole française de la fin du XVIIIe siècle

Portrait de lieutenant de la garde nationale

Miniature sur ivoire
Diamètre : 8 cm (3,1in.)
(Tache à gauche)
Estimations :300-400€ ; vendu : 370

Lot n° 126
Ecole française de la fin du XVIIIe siècle, d'après Joseph Vernet

Vue de Tivoli avec pêcheurs au premier plan

Miniature sur vélin de forme ronde
Diamètre : 7 cm (2,8 in.)
Estimations :500-600€ ; vendu : 810

Lot n° 127
Ecole du XIXe siècle, d'après Elisabeth Vigée-Lebrun

Portrait de la reine Louise de Prusse à mi-corps

Miniature sur ivoire de forme ovale,
monogrammé 'FK' en bas à droite
Dans un cadre en ivoire
6 x 4,10 cm
Estimations :300-400€ ; vendu : 500

Lot n° 128
Ecole française du XVIIIe siècle

Pierre-Charles-Auguste de Bremond d’Ars, Lieutenant au régiment de Penthièvre et Jeune Femme en robe de soie grise à pois roses, coiffure haute ornée de rubans roses, de fleurs et de plumes blanches, vers 1775
Paire de miniatures à la gouache sur ivoire de forme ovale ; monture en métal doré, revers en nacre.
Etiquette au revers de l’homme : Pierre-Charles-Auguste, Vte de Bremond/ Lieutenant au Régt de Penthièvre / marié à Angélique de / Laloüe, mort en 1816 au / château du Masgelier en / Limousin ».
H. 4,3 cm, L. 3,6 cm et H. 4,1 cm, L. 3,3 cm.
(Mouillures en périphérie sur le portrait d’homme)

Commentaire : Pierre-Charles-Auguste de Bremond d’Ars, vicomte de Bremond, seigneur de Brézillas, du Brandet, du Gua et du Fouilloux en Arvert, marquis du Masgelier en Limousin, membre du conseil général de la Creuse sous la Restauration, est né à Saintes, le 29 janvier 1761. Il épousa en 1788, sa cousine germaine, Angélique de La Loue, dont il eut un fils Gustave-René-Antoine (descendance) et deux filles sans alliance. Pendant la Terreur, il fut incarcéré dans la forteresse de Brouage, avec sa femme et sa sœur. Il mourut le 26 avril 1816 au château du Masgelier.
Estimations :400-600€ ; vendu : 500

Lot n° 129
Ecole française du début du XXe siècle, d'après Elisabeth Vigée-Lebrun

Portrait de la reine Marie-Antoinette

Miniature sur ivoire de forme ovale
(Fentes, usures, éclat au verre)
12 x 9 cm
Estimations :100-150€ ; vendu : 250

Lot n° 130
Ecole du XIXe siècle

Portrait de l'Empereur Napoléon de profil à gauche

Miniature sur ivoire,
monogrammé 'FK' en bas à droite
Dans un cadre en ivoire gravé de fleurettes
5,80 x 7,20 cm
Estimations : 300-400€ ; vendu : 930

Lot n° 134
Ecole française vers 1815-1818

Femme brune en robe noire gansée de dentelle, les cheveux relevés, retenus par une tresse en bandeau et par un peigne orné de perles, parée d'un collier de grosses perles et boucles d'oreilles assorties
Miniature sur ivoire de forme ovale
Dans un cadre à écoinçons en laiton doré et guilloché
Dimensions du cadre : 11,60 x 10,60 cm ( 4,6 x 4,2 in.)
(Repeints en périphérie)
6,30 x 5 cm
Estimations :200-300€ ; vendu : 220

Lot n° 135
Ecole française de la fin du XIXe siècle - début du XXe siècle

"On devient cuisinier mais on naît rôtisseur"
Miniature à la gouache et aquarelle sur carton
Cadre à chevalet et nœud de ruban en métal doré de style Louis XVI
Diamètre : 5 cm
Commentaire : Le sujet illustre une citation de Brillat-Savarin tirée de 'la Physiologie du goût' de 1825.
Estimations :120-150€ ; vendu : 150 €

 

VENTE MERCREDI 24 MARS 2010, Etude BEAUSSANT LEFEVRE

Miniatures du XVIIIe siècle


14-Belle-surprise-dans-un-p

14. Ecole continentale (Allemagne, Suisse ?), XVIIIe siècle

Belle surprise dans un paysage

Miniature en grisaille avec rehauts de gouache, lavis d’encre et d’aquarelle sur vélin. (Quelques petits décollements).
6,2 x 8,9 cm

Adjugé 467 € frais compris









19 suiveur-de-Klingstedt

19. Ecole française, première moitié du XVIIIe siècle, suiveur de Karl Gustav KLINGSTEDT (1657 –1734).

Scène de genre où un buveur endormi se fait détrousser par un jeune garçon au service d’une femme enveloppée dans un châle, sous le regard attentif d’un chien

Miniature en grisaille à la gouache et aquarelle sur vélin très fin, collé aux angles sur un fin carton
5,7 x 8,4 cm

Adjugé 608 € frais compris

 

Résultats VENTE 26 NOVEMBRE 2009


Résultats VENTE 26 NOVEMBRE 2009, Drouot, Etude Chochon-Barré-Allardi.

Prix adjugés, hors frais acheteur.

280. Alexandre DELATOUR (Bruxelles, 1780-1858), élève d’Autissier et d’Augustin
-  Baron Jean de Labrousse de Veyrazet (1785-1844)
Sur ivoire. Diam. 6,7 cm, cadre en velours.
S.D.d. De Latour F.et pinxit 1813
Marié en 1806, baron d’Empire le 1er mai 1812, capitaine de louveterie, maire de Moulins en 1829.
Est. 800/1200 € adjugé 600 €

281. Alexandre DELATOUR (Bruxelles, 1780-1858), élève d’Autissier et d’Augustin
- Baronne de Labrousse de Veyrazet, née Catherine Françoise Le Noir de Mirebeau (1786-vers 1814), en robe blanche, un peigne dans les cheveux.
Miniature sur ivoire. Diam. 6,7 cm
Au dos, manuscrit : mme de la Brousse / née Lenoir de Mirebeau
Une version signée de ce portrait, sur fond de ciel, a été vendue à Drouot, étude JL Picard, 12/4/1996, n° 159 repr.
Est. 800/1200 € adjugé 700 €

282. Ecole française, vers 1800-1810.
-  Portrait de Mlle Albertine de Boelgern ( ?) de face, coiffée de mèches, en robe bleue décolletée, sautoir au cou et grosses perles en pendants d’oreille
Fine miniature sur ivoire, ovale, H. 6,8 cm, L. 5,7 cm
Est. 300/500 € adjugé 300 €

284. Daniel SAINT (St Lô, 1778 –1847).
- L’Impératrice Joséphine (1763-1814) de ¾ à droite en robe bleue à l’antique, coiffée d’un bandeau à double rang de perles et gros saphirs
Signé à droite : Saint. C..de .
La signature est suivie d’une abréviation autographe incomplètement déchiffrée.
Miniature sur ivoire, cerclée de métal doré. Ovale, H. 5,5 cm, L. 4 cm. Oxydations, restaurations.
Bibliographie : Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature…2008, p. 452.
Intéressant portrait de l’impératrice réalisée vers 1805 par Daniel Saint, qui fut aussi dessinateur de plusieurs de ses bijoux. Le bandeau de grosses perles et saphirs – peut-être un modèle de joaillerie proposé par l’artiste – ne figure à notre connaissance dans aucun autre portrait connu de Joséphine. On rapprochera ce portrait de celui exécuté en 1805 dans une tenue à l’antique très voisine par PP Prudh’on et conservé au Louvre (RF 270).
Est. 2500/3000 € adjugé 3700 €

287. Flavien-Emmanuel CHABANNE (1799-1864), peintre en miniature lyonnais le plus réputé du XIXe siècle.
- Femme à la capeline blanche à plumes d’autruche, en robe grenat, assise de ¾ à gauche sur une chaise d’acajou
S.D.g. Chabanne 1835
Grande miniature ovale sur ivoire, H. 11,5 cm, L. 9,5 cm. Cadre en bois de placage (petite fente)
Ivoire légèrement bombé, une petite fente à gauche en bordure du cadre.
Est. 1800/2000 € adjugé 2600 €

288. Ecole française, XIXe siècle

Paysage au chevreuil s’approchant d’un étang

Fine miniature en cheveux sur ivoire, diam. 5,3 cm. Cadre en bois.
Est. 200/300 € adjugé 200 €

289. Petit carnet de dessins en miniatures, en cuir fauve à filets dorés (usures et petit manque à la reliure), dédié à « Emma », H. 7,7 cm, L. 10,2 cm, 50 feuillets, quelques petits manques, plis et déchirures. Il contient 3 poèmes et pensées manuscrits et une collection de 32 gouaches, dessins et lavis en miniature sur papier ou sur carton, dont 4 miniatures sur papier fin XVIIIe siècle (plis) Les lavandières ; le Charron ; Le meunier ; Vue de village, les autres du XIXe siècle, certains datés 1832, 1835, certains signés : Léopold Noel, Ch. Durand, deux dédicacés à Mlle Durand, quelques signatures illisibles, les plus petits 3,7 cm x 4,9 cm, les plus grands 7,3 cm x 9,3 cm.
Annoté « Famille Arné » (probablement de Bordeaux).

Détail du contenu :
Gouaches miniatures fin XVIIIe siècle sur papier (plis) : Les lavandières (3,5 cm, L. 8,6 cm) ; le Charron (6,3 cm x 9,2 cm) ; Le meunier (6,7 cm x 9,1 cm) ; Vue de village (5,2 cm x 7,5 cm).
Gouaches XIXe siècle : paysage avec chapelle (5 x 6,5 cm) ; vue d’une tombe ombragée, dédicacée au dos « Pour mademoiselle Durand » (7,5 cm x 5,5 cm) ; paysage animé au clocher (5,5 cm x 8,7 cm) ; barques de pêcheurs (7,2 cm x 9,5 cm) ; pêcheur repeignant sa barque (7,2 cm x 9 cm) ; fleur (8,2 x 6,9 cm)
Dessins : Paysage animé, SD Léopold Noël 1835 (5,9 x 9 cm) ; les ramasseurs de goémon (3,7 cm x 4,9 cm) ; cruche et verre d’eau ; coupelle, daté 19 mars 1835 ; ruines (6,3 x 8,5 cm) ; paysage à la tour, signature illisible ; paysage à la croix (5 x 7,2 cm) ; vue d’un port sur carton (6,2 cm x 8,7 cm) ; paysage daté 1832, sur papier bistre, dédicacé au dos « pour Mlle Durand pour faire nombre » (6,2 cm x 8,6 cm) ; paysage au troupeau, signature illisible M… (6,4 cm x 9,1 cm) ; couple au bord d’un lac, initiales en bas à gauche V.N., (5,5 cm x 8,5 cm) ; vue d’une tour, titrée « Bordeaux » (7,1 cm x 3 cm) ; femme et enfant près d’une cheminée (7,3 cm x 9,6 cm) ; vue de château, S.G.  L. N… [Léopold Noel] sur carton (5 x 8,4 cm) ; vue d’une ruine (7,3 cm x 9,6 cm) ; paysage, signature illisible M…(6,5 x 6,8 cm) ; lavandière près d’une cascade (7,3 cm x 9,6 cm) ; la chapelle, S.d.  Ch. Durand (7,3 cm x 9,6 cm) 
Lavis : maison ; 3 hommes dans une barque (3,2 x 3,5 cm) ; ruines (4,3 cm x 6,6 cm) ; maison côtière (3,5 cm x 5,1 cm) ; paysage côtier animé, signature à droite illisible (7,3 cm x 9,6 cm) 
Poème :  Ma poupée daté 5 août 1835 ; pensées manuscrites ; poème « J’aime la fleur… ».
Est. 700/900 € adjugé 1700 €

 

Siège social et correspondance : 13 rue des Petites Ecuries, 75010 Paris. Tél : 01.53.34.05.33  - Contact
©2015 Nathalie Lemoine-Bouchard, tous droits réservés.